Version française | English Version

WP1: Imagerie fonctionnelle des maladies neurodégénératives

L’imagerie moléculaire des maladies neurodégénératives devient la pierre angulaire de l’exploration de ces maladies permettant d’envisager: 1) un diagnostic précoce, 2) une médecine personnalisée, 3) un suivi de l’efficacité des traitements. Par ailleurs, c’est un outil de choix pour le développement et la validation des nouveaux traitements.
L‘objectif général de ce WP est de développer cette imagerie fonctionnelle avec une recherche translationnelle allant du développement de traceurs pour de nouvelles cibles jusqu’aux études cliniques. La force de ce WP est d’être multidisciplinaire (biologie, radiochimie, radiopharmacie, médecine nucléaire, psychiatrie, neurologie, expertise des essais multicentriques), et de disposer d’infrastructures de haut niveau en réseau permettant de mener à bien ces recherches fondamentales et cliniques, académiques, ou industrielles.
Les thèmes actuellement abordés (liste non exhaustive):

  • Dépôt de protéines anormales: essais cliniques sur les plaques amyloïdes et les protéines Tau, développement de traceurs pour l’alpha-synucléine.
  • Neurotransmission: développement de traceurs pour le transporteur vésiculaire de l’acétylcholine et le récepteur nicotinique alpha 7.
  • Neuroinflammation: recherche de nouvelles cibles moléculaires pour explorer et traiter la neuroinflammation.

Scintigraphie des plaques amyloïdes avec le 18F-AV45 A: sujet sain B: sujet Alzheimer

Scintigraphie des plaques amyloïdes avec le 18F-AV45
A: sujet sain B: sujet Alzheimer

 WP2: Imagerie fonctionnelle et phénotypique en neurologie et oncologie

L’objectif de ce WP est le développement de molécules pour l’imagerie fonctionnelle et phénotypique en neurologie et oncologie avec des approches transversales et translationnelles allant de la production de nouveaux radionucléides pour le développement de nouveaux traceurs jusqu’aux études cliniques.
Les thèmes actuellement abordés (liste non exhaustive):

  • Le développement de nouvelles approches d‘imagerie fonctionnelle incluant des traceurs de l’hypoxie. Ce programme vise à mettre en place la production de cuivre-64 (64Cu) suivant les critères de bonnes pratiques de fabrication (GMP) au sein du GIP Arronax à Nantes puis du cyclotron CYRCé à Strasbourg, et à valider l’intérêt de nouveaux traceurs d’hypoxie à base de 64Cu (dont le 64Cu-ATSM) avec des approches précliniques et cliniques en oncologie (gliomes, cancers de l’utérus, du sein et myélome multiple…) et neurologie (ischémie cérébrale…) par comparaison aux marqueurs TEP déjà existants (exemple: [18F]-FMISO). Seront également développés au sein de ce WP des radiopharmaceutiques plus sélectifs que ceux existants tels que le [18F]fludarabine pour l’imagerie des lymphomes.
  • Le développement de nouvelles approches d‘imagerie phénotypique afin d’améliorer le diagnostic et le suivi thérapeutique des cancers. Ainsi, outre le 64Cu, les cyclotrons Arronax et Cyrcé vont également permettre l’accès à d’autres radionucléides innovants pour des applications diagnostiques (scandium-44/44m, gallium-68, zirconium-89) et thérapeutiques (cuivre-67, scandium-47, astate-211) en oncologie et plus adaptés pour la thérapie vectorisée et l’immuno-TEP.

Plusieurs essais cliniques sont déjà en cours pour différents types de cancer (cancers du sein, du poumon, de la thyroïde, myélome et nombreux carcinomes…).
Ce WP associe des approches multidisciplinaires (chimie/radiochimie, radiopharmacie, biologie, préclinique, clinique) favorisant le développement de recherches transversales et translationnelles, académiques ou industrielles.

WP2 image

WP3: Nanomédecine et radiothérapie moléculaire

Ce WP regroupe la conception de nanomédecines et leurs utilisations en radiothérapie, qu’elles soient de type moléculaire (peptides, anticorps, polymères) ou particulaire (nanocapsules, liposomes), la conjugaison du radionucléide étant réalisée par chélation ou encapsulation selon le type de système retenu.
Les radionucléides envisagés sont, pour les émetteurs béta, le rhénium-188, l’yttrium-90, le cuivre-67, et le scandium-47 alors que parmi les émetteurs alpha, nous nous sommes limités à l’astate-211. Pour certains de ces radionucléides, une étape de développement constituant un axe de recherche de ce WP est nécessaire à leur production, réalisée dans le cadre du cyclotron Arronax (67Cu, 47Sc, 211At), les autres correspondent à des produits de générateurs classiquement utilisés (188Re, 90Y).
Selon les types de nanomédecine utilisés, les principales pathologies visées sont le glioblastome, l’hépatocarcinome, les cancers du sein et du poumon, l’alpha-immunothérapie étant essentiellement dédiée au traitement du myélome multiple et du cancer de la prostate.

Nanomédecine particulaire

Nanomédecine particulaire